Le passage de la vie active à la retraite amènera plusieurs ajustements, même au niveau fiscal. En effet, de nombreux éléments affecteront les impôts que vous paierez et par le fait même ce qui vous restera pour soutenir votre niveau de vie.

Compte tenu de la quantité de mesures à incidence fiscale pour la retraite, nous vous les présenterons en deux volets.

Volet I – Déductions à la source, FEER, Acomptes Provisionnels, Fractionnement de revenue de retraite admissibles, Division de la rente de retraite du RRQ, et REER conjoint cotisant

Déductions à la source
Un des changements importants auquel vous devrez vous habituer, c’est le fait que vous recevrez pour la plupart plusieurs sources de revenus à la retraite (rente de retraite du RRQ, pension de la sécurité de la vieillesse (PSV), rente d’un régime de retraite, REER, CRI, revenus de placements, etc.).

Les impôts à payer sur ces différents types de revenus seront pris par retenues à la source et/ou lors de la production annuelle de vos déclarations de revenus. Il est donc essentiel de bien comprendre leur fonctionnement respectif afin d’éviter les mauvaises surprises. Des impôts seront prélevés à la source selon les tables d’impôt fédéral et québécoise par la RRQ, la PSV et votre régime de retraite. Le problème toutefois est que les impôts prélevés se feront source par source alors que le calcul réel lors de la production des déclarations de revenus sera fait sur le total des revenus imposables, ce qui vous laissera probablement un solde d’impôt à payer.

FERR
Dès l’année suivant celle où vous aurez transformé vos REER en FERR, vous devrez effectuer un retrait minimum de votre FERR. Le retrait minimum du FERR sera imposable mais aucune retenue d’impôt ne sera faite à la source par votre institution financière, et vous devrez donc prévoir un solde d’impôt à payer lors de la production de vos déclarations de revenus.

Toutefois, si vous effectuez un retrait supplémentaire au retrait minimum, des impôts seront retenus à la source par votre institution financière en fonction du montant (≤ 5 000$ = 5% fédéral et 15% Québec; 5 001$-15 000$ = 10% fédéral et 15% Québec; > 15 000$ = 15% fédéral et 15% Québec). Il est important de comprendre que le calcul définitif d’impôt se fera lors de la production de vos déclarations de revenus, ce qui pourrait causer un ajustement des impôts à payer à la hausse ou à la baisse.

Acomptes provisionnels
Si vous avez un solde d’impôt à payer supérieur à 1 800$ au fédéral ou au Québec dans l’année en cours et pour l’une des deux années précédentes, les autorités fiscales vous demanderont d’effectuer des paiements d’acomptes provisionnels à dates fixes (15 mars, 15 juin, 15 septembre et 15 décembre).

Il est important, lorsque vous recevez une demande de versement d’acomptes provisionnels, de bien comprendre la raison de cette demande. Ensuite, vous serez en mesure de déterminer comment réagir. Vous pouvez soit payer les montants demandés, soit payer des montants moindres, ne rien payer ou encore augmenter les déductions à la source sur vos revenus.
Attention toutefois de ne pas sous-évaluer vos impôts à payer, sinon des pénalités et intérêts pourraient s’appliquer si les acomptes payés étaient inférieurs à leur demande et sont finalement insuffisants pour couvrir la somme des impôts dus.

Fractionnement de revenus de retraite admissibles
Certains revenus de retraite seront partageables aux fins fiscales :

  • Avant 65 ans au fédéral seulement : la rente d’un régime de pension agréé;
  • Dès l’âge de 65 ans : la rente d’un régime de pension agréé, le retrait d’un FERR ou FRV.

Il faut bien s’assurer que le retrait est fait d’un FERR et non d’un REER afin qu’il soit admissible au fractionnement. Le fractionnement de ces revenus permettra de réduire le fardeau fiscal global du couple en bénéficiant d’un taux d’imposition plus faible mais en permettant parfois d’obtenir un deuxième crédit pour pension dans certain cas, et même de récupérer une part de pension de la sécurité de vieillesse.

Division de la rente de retraite du RRQ
Dès que les deux conjoints du couple recevront leur rente de retraite, une demande de division des rentes de retraite pourra être faite à la RRQ.

Cette division aura pour effet de verser une partie de la rente de retraite du conjoint ayant la plus grosse rente et le plus haut niveau d’imposition en faveur de l’autre conjoint.

Cette stratégie a aussi pour objectif de réduire le fardeau fiscal du couple.

REER conjoint cotisant
Lorsque le couple est en période d’accumulation pour la retraite, une bonne planification du niveau d’imposition de chacun des conjoints au moment de la retraite permettra de minimiser la charge fiscale durant la période de décaissement en contribuant au REER du conjoint qui aura le plus faible taux d’imposition à la retraite.

À la lumière des différents éléments mentionnés, seule une analyse détaillée de votre situation vous assurera de bénéficier de tous les allègements fiscaux disponibles et ainsi de minimiser votre fardeau fiscal. Il nous fera plaisir de vous aider à tirer parti de ces mesures tout en optimisant votre situation financière et fiscale personnelle.

Dans la prochaine chronique nous aborderons, dans cette thématique de la retraite et la fiscalité, les thèmes suivants :

Volet II – Récupération de la PSV, Maintien à domicile des aînés, Biens prolongeant l’autonomie, Activités physiques et artistiques, Régime d’Accession à la Propriété (RAP), Travailleurs d’expérience au Québec, Cotisation REER à 71 ans, Crédit pour revenu de pension à 65 ans, Planification des frais médicaux, Dons de bienfaisance, et Séjours aux États-Unis.